Alors la Terre, une originale ?

La question de l’originalité de la Terre ou de sa banalité dans la galaxie, et plus généralement dans l’Univers, peut-elle être tranchée par la science ? La Terre est un objet physique, orbitant autour d’une étoile, le Soleil, assez banale au premier abord : ce type d’étoile de faible masse, en y intégrant les naines rouges, représente 80% des étoiles d’une galaxie comme la nôtre. Pour vous donner un ordre de grandeur, cela représente environ 80 milliards d’étoiles ! Ça commence fort… 80 milliards de Soleils, ça veut dire 80 milliards de Terres rien que dans la Voie Lactée ? Un nombre que nous allons affiner ci-dessous.

Des systèmes exoplanétaires uniques

Mais poussons un peu le raisonnement statistique. Est-ce que toutes les étoiles possèdent vraiment un cortège de planètes comme celui du système solaire ? Autrement dit, la formation des planètes suit-elle une recette générique ? Les mêmes ingrédients initiaux : de la matière interstellaire universelle, une étoile, un disque protoplanétaire (dont sont issues les planètes) sont régis par les mêmes phénomènes physiques… Et là, surprise, on découvre que les étoiles sont entourées de planètes, des exoplanètes, mais qu’il n’y a pas un système exoplanétaire qui ressemble à un autre…Comme si les cartes avaient été rebattues sans fin.

SYSTÈME SOLAIRE. Dans le cas des planètes rocheuses du système solaire, c’est Saturne qui nous a sauvé la mise en retenant Jupiter dans sa chute dévastatrice. La migration de Jupiter vers l’intérieur du système aurait englouti Mercure, Vénus, Mars et la Terre. Alors quelle est la probabilité dans ces conditions d’avoir une planète Terre ? 3 chances (si on compte Vénus et Mars comme des presque Terre) sur 8 planètes ? Soit 30 milliards d’exoterres possibles dans notre galaxie (3/8 x 80 milliards) !

Des planètes en « zone habitable »… qui doivent encore être viables !

Toutefois les nouvelles du ciel semblent plus pessimistes avec quelques cas confirmés seulement de planètes habitables, c’est-à-dire à la bonne distance de leur étoile pour espérer de l’eau liquide à leur surface, condition nécessaire à l’émergence de la vie. Réduisons donc le chiffre 10 milliards d’exoterres dans notre galaxie.Et ce n’est pas fini : être habitable,  c’est déjà bien.

ATMOSPHÈRE. On aimerait aussi que la planète soit viable : qu’une atmosphère la protège, que sa gravité soit tolérable et maintienne un noyau liquide lui-même magnétisé et générant un bouclier magnétique contre les agressions des vents stellaires, qu’un climat favorable avec des saisons s’y développe… Il faut donc une planète ni trop petite, comme Mars qui a tout perdu (atmosphère, eau, champ magnétique, bref un désert), ni trop étouffante comme Vénus. Et peut-être aussi une lune. La nôtre limite les battements de l’axe de rotation de notre planète et assure ainsi la stabilité du climat à l’échelle du million d’année (enfin, dans un monde sans pétrole et charbon). Alors là, cher terrien, chère terrienne, la probabilité de concilier tout cela devient très petite… à la louche, 0,00001 x 10 milliards = 100 000 exoterres ? Quand même !

La roue cosmique peut tourner

Pour être complet, et avancer un nombre de planètes viables dans la galaxie, nous devons aussi prendre en compte d’autres phénomènes : le bombardement cométaire (demandez aux dinosaures), notre position dans un vide interstellaire de la galaxie à l’abri de l’explosion d’une supernova ou d’un trou noir et le maintien des conditions à la vie par la vie elle-même… revenez dans quelques milliards d’années, la roue de la galaxie aura bien tourné.

ORIGINALITES. Et si la question était mal formulée ? Et si nous étions uniques et que la banalité était à rechercher ailleurs : sur les « water worlds », sous la couche glacée des lunes des planètes géantes, atour d’étoiles plus grosses et plus lumineuses … ? D’autres mondes sont potentiellement « superhabitables » : ils offrent des moyens plus généreux à la vie pour se développer. De ces objets là, nous ne sommes qu’une sous-catégorie. Alors la Terre, originale ? A nos yeux privilégiés, oui !